Actualité

Newsletter

Entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et sélectionnez la ou les listes auxquelles vous souhaitez vous abonner.!!

  • Listes de diffusion

Visites pastorales : Mgr Delmas à l’écoute des mouvements

En ce premier trimestre 2017, Mgr Delmas termine la visite pastorale des mouvements et associations de fidèles, occasion de redire leur place dans la mission de l’Eglise. La prochaine visite concernera les mouvements spirituels et communautés nouvelles les 10 et 18 mars prochains.

Les vendredi 20 et samedi 28 janvier 2017, Mgr Delmas a rencontré les 23 mouvements de santé et solidarité de notre diocèse. 130 personnes sont ainsi venues relire leur apostolat au service du frère.

Le P. Jean-Paul Avrillon et Mgr Delmas samedi 28 janvier  - JPEG - 26.4 ko
Le P. Jean-Paul Avrillon et Mgr Delmas samedi 28 janvier

Mgr Delmas leur a rappelé combien la personne fragile, physiquement ou socialement, était « la route de l’Eglise ». Pour notre évêque, le service du frère est constitutif de la foi et la porte d’entrée royale de l’évangélisation.

Sept appels se dégagent :

Poursuivre l’esprit de Diaconia

Poursuivre l’esprit de Diaconia en rejoignant et en accompagnant toute personne en fragilité : Il ne s’agit plus tant de « faire pour » que de « faire avec » dans une écoute et une solidarité mutuelles. Le souhait a été formulé qu’un référent EAP pour la solidarité, en lien avec les mouvements, existe en chaque paroisse pour que toute personne en fragilité prenne bien toute sa place dans nos communautés chrétiennes.

Devenir des « disciples missionnaires »

Les mouvements représentent cette « Eglise en sortie » qui ose aller vers toutes les périphéries.

Promouvoir la dignité de la personne humaine

Veiller, s’humaniser, rejoindre, écouter, combattre les préjugés, témoigner des richesses des personnes fragilité, oser et souligner les progrès réalisés… sont autant de convictions et d’actions qui animent les mouvements de santé solidarité. Ils rappellent que l’Eglise est « experte en humanité » et que le Christ « est le chemin d’une humanisation véritable. » Le principe 5 de la Charte synodale, « servir les hommes », dit cela avec force.

Ne jamais rester seuls

Les mouvements sont complémentaires et non concurrents. Mgr Delmas les a invités à proposer en chaque territoire (paroisse ou doyenné), un « rendez-vous local de la solidarité ». La (re)connaissance mutuelle entre paroisses et mouvements est essentielle pour servir la mission. Ensemble, nous n’avons pas seulement « à regarder vers Jésus, mais à regarder du point de vue de Jésus ». De même, les mouvements santé solidarité ont intérêt aujourd’hui à coordonner leurs actions pour une meilleure présence comme cela se vit déjà en de nombreux domaines (présence aux SdF, aux migrants, aux détenus en chemin de réinsertion, fête de la Pastorale des Personnes Handicapées, les tables ouvertes).

Se renouveler et se rajeunir

La générosité des jeunes générations et les attentes des personnes en fragilité ne sont pas moins fortes aujourd’hui qu’hier. Des partenariats sont donc à ouvrir. Un exemple : le partenariat entre une hospitalité et un établissement scolaire dont les formations rejoignent le service à la personne.

Appeler et former des aumôniers ou des conseillers religieux

Les prêtres vieillissent et le petit nombre d’ordinations ne permet pas le renouvellement du corps des aumôniers-prêtres, d’où l’appel et la formation aujourd’hui de laïcs formés. Cependant, cela ne doit pas empêcher chaque mouvement de se sentir concerné par l’appel aux vocations. L’expérience du service est en elle-même terreau de vocations !

Se former

Le service du frère demande certes de la générosité mais aussi de la formation. Formation dans la connaissance du monde de la santé et des fragilités sociales, mais aussi formation de sa propre foi et à la Doctrine sociale de l’Eglise… Le baptisé n’est pas un « fonctionnaire de l’Eglise », mais un témoin animé, imprégné du Christ et de l’Evangile, à l’écoute de la présence de Dieu au cœur de ce monde.
Chaque visite pastorale est un moment riche pour relire et penser la mission de l’Eglise. La prochaine étape, les 10 et 18 mars prochains, rassemblera les 20 mouvements spirituels (groupes de prière, communautés nouvelles, mouvements de spiritualité). De nouveaux défis seront mis en avant, comme par exemple, la nécessité pour tout chrétien de se ressourcer et l’importance de l’accompagnement spirituel. Ces visites permettent à Mgr Delmas d’encourager les mouvements et associations de fidèles, mais également de préparer les futures orientations missionnaires du diocèse d’Angers.

Jean-Paul Avrillon,
délégué épiscopal aux mouvements et associations de fidèles

En savoir plus :
article 115

Faites un don au diocèse d'Angers