Etapes de la vie

Newsletter

Entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et sélectionnez la ou les listes auxquelles vous souhaitez vous abonner.!!

  • Listes de diffusion

Maladie Vieillesse

La Souffrance sur le site de l’Eglise de France
Accompagner ceux qui souffrent

Interview

Entretien avec une infirmière en gérontologie,


Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Pascale Ménard et je suis originaire des Mauges et infirmière depuis treize ans. Notre couple est engagé au service des jeunes des paroisses d’Angers centre.

Avez-vous toujours songé à devenir infirmière et dans quel service êtes-vous ?

J’aurais pu tout aussi bien devenir institutrice, car j’étais surtout intéressée par ces professions qui permettent de travailler au service des personnes. C’est ainsi que j’avais envisagé un temps la possibilité de partir en mission humanitaire…

Après avoir travaillé à Paris et en Suisse, je suis maintenant au C.H.U. d’Angers, en gérontologie clinique. C’est un service médical et social de dix-huit lits qui accueille depuis quatre ans les malades pour de courts séjours d’en moyenne une dizaine de jours.

Comment votre service a-t-il vécu l’été dernier ?
Même si nos malades en ont souffert, nous n’avons pas eu de mortalité due à la canicule. C’est que chacun des soignants, en fonction de sa formation est vigilant et attentif en particulier aux symptômes annonciateurs de déshydratation. En revanche, nous avons reçu un certain nombre de personnes déshydratées.

Vous avez dit de votre service qu’il était médical et social. Pourriez-vous expliquer ?
Eh bien ! supposons qu’une personne âgée ait fait une chute. Il s’agit pour nous de la soigner mais aussi de diagnostiquer si cette chute, qui a pu être causée par un problème d’ordre médical, n’est pas également liée à son environnement social. Nous faisons donc en équipe le bilan de « ses aidants », en fonction de sa dépendance. Nous nous posons la question de savoir si elle n’est pas trop seule, si elle est socialement bien entourée.

vieillesse

Ce service est-il difficile ?
Disons d’abord que, même s’il nous arrive, comme dans tout service, d’accompagner les derniers instants de quelqu’un, nous ne sommes pas une unité de soins palliatifs. Il est cependant nécessaire d’être motivé et très patient dans la prise en charge de certaines pathologies, comme par exemple la maladie d’Alzheimer… Mais nous sommes là par choix et avec de précédentes expériences très diverses qui font la richesse d’une équipe pluridisciplinaire.

Cette équipe, dont chacun se sent partie, se compose des médecins, de la surveillante, des infirmières, des aides-soignantes, du kiné, de l’ergothérapeute, du psychologue, de l’assistante sociale, de la diététicienne, de l’officière. Chaque matin, nous avons une réunion médico-sociale de vingt minutes. L’infirmière qui a la responsabilité d’un malade expose les objectifs de soins à atteindre pour lui. Nous avons ainsi la même information au même moment. Chacun peut alors proposer une action pour que la prise en charge de la personne soit la meilleure possible, que ce soit chez elle ou dans une structure adaptée.

Cette équipe voit-elle ses efforts récompensés ?
Bien sûr, et même s’il s’agit parfois de tout petits progrès ! En fait, nous sommes satisfaits d’avoir réussi tout au moins à maintenir les capacités d’une personne dans la vie quotidienne, ou mieux, à améliorer son autonomie et, surtout, lorsque nous avons pu l’accompagner dans son projet à elle, en la prenant en charge globalement. Cette volonté de notre équipe fait toute sa force. Il faut aussi remarquer que nous travaillons en lien avec les familles avec lesquelles s’établissent la plupart du temps des échanges riches et intéressants.

Vous employez beaucoup le mot de « personne ». Est-il toujours facile de considérer un malade grabataire comme une « personne » dans une société où on est considéré surtout en fonction de ses activités. Y êtes-vous aidée par le fait que vous soyez chrétienne ?

Toute notre formation nous prépare à avoir ce regard sur les malades, même frappés de démence. Nous sommes encouragés dans ce sens par une équipe animée de solides valeurs humanistes. Nous respectons le rythme des malades. Nous aimerions par exemple pouvoir consacrer davantage de temps à chaque malade, en particulier à ceux qui sont atteints de la maladie d’Alzheimer. Le fait que je sois chrétienne ne me donne pas de compétences supplémentaires. Un regard différent sans doute. Mais, dans ma vie spirituelle, cela me parle de la patience de Dieu envers nous, Lui qui nous aime non pour ce que nous faisons mais pour ce que nous sommes.

Quelles sont vos convictions de croyante face à la souffrance physique, et sur le rôle de la prière dans cette souffrance ?

La souffrance révolte, même si nous avons aujourd’hui les moyens de soulager la douleur de façon efficace, sans diminuer l’état de conscience. Mais je crois que la souffrance ne vient pas de Dieu car cela voudrait dire qu’il est tout-puissant face à elle. La souffrance fait mystérieusement partie de notre condition humaine. La puissance d’amour de Dieu peut m’aider à vivre cette souffrance autrement.

Quant à la prière, elle est un dialogue où Dieu invite à une rencontre. Il attend notre réponse en respectant notre liberté et il nous donne les fruits de cet échange. En ce qui me concerne, j’aimerais bien être plus proche de Dieu pour pouvoir être encore plus proche des malades.

Propos recueillis par Jean-Pierre DEFOIS

Prière

Combat

Des larmes coulent sur son visage
Quand elle reçoit la communion
Des larmes contenues
Des larmes libératrices après le sacrement des malades
Des larmes d’angoisse et d’espérance
 
Elle ferme les yeux
Le temps est arrêté.
Elle dit : ’’ Il m’a abandonnée ’’
Suivi d’un long silence…
Soudain elle nous regarde
Elle ajoute : ’’ Non, il ne m’a pas abandonné
Puisque vous êtes là ! ’’
 
Tout le combat qu’elle mène est dans ces deux phrases
Le combat de sa foi se joue
Nous en sommes simplement les témoins
Elle a besoin de nous pour se le dire
Elle a besoin de nous pour l’encourager
Elle a besoin de notre foi pour soutenir la sienne
Elle sait qu’elle sera seule à le mener
Elle a reçu l’onction des malades pour cela
 
Elle est au jardin des Oliviers
Là où Jésus a prié que s’éloigne la coupe
Là où sa sueur est devenue comme des gouttes de sang
Là où il a dit au bout de son combat : ’’ Père, que ta volonté soit faite. ’’
Là où il s’est abandonné au Père
Sûr de sa parole
Sûr de sa victoire sur la mort
 
Elle est entrée dans le combat de Jésus
Elle est entrée dans la nuit de la foi
Elle est entrée dans la passion
Elle vit son chemin d’abandon
 
’’ Il m’a abandonnée ’’
Et c’est la nuit de la foi
’’ Non, il ne m’a pas abandonné, puisque vous êtes là ’’
Et c’est la lumière dans la nuit
Elle n’est plus abandonnée
 
Elle commence son chemin d’abandon au Père
Qui la conduit à la Vie.

Jean-Marie BOSSARD - Aumônier de l’hopital d’Angers
17/10/2001

Faites un don au diocèse d'Angers