Newsletter

Entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et sélectionnez la ou les listes auxquelles vous souhaitez vous abonner.!!

  • Listes de diffusion

La pensée sociale chrétienne : des repères pour agir

A partir du mois de janvier, un nouveau parcours de formation, soutenu par le service diocésain de la Formation permanente, est proposé à l’Université catholique de l’Ouest, autour de la pensée sociale chrétienne (PSC). Neuf séances pour découvrir les repères formulées par les églises chrétiennes afin d’aider les hommes à construire une « société de bien commun ». Geoffroy d’Aillières, responsable du parcours, en donne les intuitions et les objectifs.

Programme : dates et horaires

Les séances se déroulent le mardi, entre 18 et 20 h, à la faculté de théologie, place André-Leroy à Angers :

  • 23 janvier : histoire, fondements, valeurs
  • 30 janvier : la dignité de l’homme
  • 13 février : la recherche du bien commun
  • 6 mars : la destination universelle des biens
  • 13 mars : la subsidiarité et la participation
  • 20 mars : la solidarité et l’option préférentielle pour les pauvres
  • 27 mars : application au travail, à l’entreprise et à la vie économique
  • 3 avril : application à la vie sociale et politique, à la communauté internationale
  • 10 avril : application à l’écologie

Sur quoi se fonde la pensée sociale chrétienne ?

La pensée sociale chrétienne rassemble tous les repères qui permettent au croyant d’agir dans le monde et d’être chrétien dans toutes les dimensions de sa vie, là où il se trouve. Le terme « social » doit être pris au sens large : vie familiale, associative, économique, politique, internationale… Il s’agit en fait de mettre en cohérence nos paroles avec nos actes.

Cette pensée est souvent associée au pape Léon XIII, et à son encyclique, Rerum Novarum, datant de 1891. Certes, il s’agit d’un texte fondateur, qui parait à la fin d’un siècle de profonds changements, et qui est une réponse à l’urgence du drame ouvrier, au risque d’explosion sociale, et à la montée du socialisme athée. Mais les fondements remontent aux Écritures, et surtout bien sûr au message évangélique du Christ. Cette « sagesse » chrétienne accumulée est en permanence réactualisée par les textes des papes, selon les contextes et les époques.

La PSC repose en fait sur une relecture des signes des temps à la lumière de l’Évangile, une relecture qui permet de donner des clés d’action adaptées à l’époque. A l’initiative de saint Jean-Paul-II, la pensée sociale a fait l’objet d’une synthèse en 2004, sous la forme d’un compendium de la Doctrine sociale de l’Église.

Affiche parcours Pensée sociale, Université catholique de l'Ouest

D’où vient l’idée de ce parcours ?

Je dispense un cours de 40 heures sur la pensée sociale chrétienne aux étudiants en 3e année de licence Économie, gestion et éthique de l’entreprise à l’Université catholique. Ce cours soulève un grand intérêt chez les jeunes, quelle que soit leur confession, leur courant de pensée. La PSC est pertinente par rapport aux défis de notre temps : humanisation de l’économie, transformation de la société, soucis environnementaux…
J’ai donc proposé à l’UCO de monter un parcours sur la PSC, ouvert à tous les étudiants de l’UCO et d’ailleurs, ainsi qu’à un public externe : les paroisses, les mouvements, le personnel de l’enseignement catholique, les personnes en activité professionnelle,,… Autant de lieux où un nombre significatif de personnes ont envie, ont la capacité de changer le monde.
Les séances auront lieu entre 18h et 20h. Le père Armand Guezingar, enseignant en éthique économique, politique et sociale à l’UCO et Dominique Coatanea, docteur en théologie morale et doyen de la Faculté de théologie, y interviendront avec moi.

Quel est l’objectif de ce parcours ?

Ces neuf séances vont fournir aux participants des outils, pour qu’ils apprennent à décrypter les questionnements qu’ils rencontrent dans la vie. Il s’agit bien de fournir des repères, et non pas des recettes ou des commandements.
Le parcours commencera par un rappel des fondements et des valeurs de la PSC : l’homme est cocréateur, et doit poursuivre l’œuvre que Dieu lui a donnée. Participer à la poursuite du projet de création du monde, en s’investissant dans la vie sociale, n’est donc pas une option. A cette base s’ajoute la vision chrétienne de l’homme libre et responsable, et ses valeurs : liberté, justice, amour et vérité.
Nous reviendrons ensuite sur les six principes qui s’articulent autour de ces valeurs : la dignité de l’homme, la recherche du bien commun, la destination universelle des biens, la subsidiarité, la participation, et la solidarité. Les trois dernières séances seront consacrées aux applications concrètes de ces principes, dans le monde économique, dans la vie sociale et politique et pour l’écologie. Des acteurs de la vie politique et sociale viendront témoigner de leur expérience.

Renseignements et inscriptions :
Faculté de théologie, Université catholique de l’Ouest
Courriel, Tel. 02 41 81 65 46

Faites un don au diocèse d'Angers