Saint-Jean-du BocageSaint-Jean-du Bocage

Newsletter

Entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et sélectionnez la ou les listes auxquelles vous souhaitez vous abonner.!!

  • Listes de diffusion

Homme discret et très apprécié, l’abbé Paul Morille est décédé.

Les paroissiens ont appris le décès de l’abbé Paul Morille, curé d’Yzernay pendant 26 ans de 1974 à 2000. Paul Morille a aussi été curé des Cerqueux à partir de 1982.

JPEG - 53.5 ko

Puis, de l’an 2000 à 2009, il a continué comme prêtre coopérateur à servir la paroisse devenue un relais dans la grande paroisse Saint Jean du Bocage. En 2009, alors qu’il avait célébré ses 60 ans de sacerdoce l’année précédente, il s’est retiré à la communauté religieuse de la Salle de Vihiers à quelques pas de sa maison natale.

Dernier d’une famille de 7 enfants, il fut ordonné prêtre en 1948. Si aujourd’hui, les vocations se font rares, ils étaient 36 à accéder à la prêtrise cette année-là dans le diocèse d’Angers.

A l’époque, le curé était dans sa paroisse l’homme à tout faire : les kermesses, le patronage des enfants chaque jeudi, les colos en été, le théâtre en hiver. Puis vint en 1962 le concile Vatican II qui modifia considérablement l’Église catholique. Progressivement, les laïcs prirent des responsabilités pour remplacer des prêtres de plus en plus rares. L’abbé Morille connut ce bouleversement et s’adapta facilement car il était très tolérant.

JPEG - 42.9 ko

Homme de grande culture, il a enseigné le français, le latin et le grec au petit séminaire de Beaupréau. Il savait capter l’attention des enfants lors des rencontres de caté, raconter les histoires de la Bible, la traversée de la mer rouge par exemple avec un luxe de détails. A chaque fois, il avait le souci de rendre vraisemblables ces histoires en s’appuyant sur les dernières découvertes archéologiques. « Il était féru d’astronomie et par un beau soir d’été, il me montra la lune et ses cratères avec son télescope. » Paul Morille a aussi sillonné les paroisses du secteur pour donner des conférences sur le linceul de Turin. Ce linceul qui a entouré le corps de Jésus est un linge qui représente la photographie en négatif d’un homme ayant eu les mêmes blessures que le Christ . L’hypothèse retenue par des spécialistes est qu’au moment de la résurrection, il y eut un flash lumineux qui imprima la photo de Jésus sur ce linge.
« Il vous a aimé, vous l’avez aimé » a affirmé dans son sermon l’abbé Michel Girard aux fidèles présents à la messe d’au revoir en 2009. Il a été le dernier curé d’Yzernay habitant sur place. « C’est une chance que Paul a eue de rester 35 ans dans la même paroisse. On ne trouvera pas un seul individu pour le critiquer. » a avoué le curé actuel Benoît Cibrario.
A sa sépulture, Aline Tisseau a rappelé ses nombreuse qualités humaines : « Votre attention aux autres, votre élégance morale, votre gentillesse, votre tolérance, votre culture resteront gravés dans nos esprits » Et le maire d’Yzernay, Roland Ouvrard fit avec émotion le portrait de Paul :« Soldat de Dieu, il a œuvré avec humilité mais aussi avec détermination pour porter le message de l’Evangile et ses commentaires étaient toujours mesurés et appropriés. » Enfin, Dominique Blanchet, vicaire épiscopal, essaya de décrire le lien profond qui existait entre Paul et Jésus, le lien qui existe entre un disciple et son maître. Et d’évoquer le magnifique dessin que l’abbé avait fait du visage de Jésus au moment de Gethsémani, un portrait plus vrai que nature. Au revoir monsieur l’abbé !

Faites un don au diocèse d'Angers