Newsletter

Entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et sélectionnez la ou les listes auxquelles vous souhaitez vous abonner.!!

  • Listes de diffusion

Fraternité des Capucins d’Angers : partager l’humilité de Dieu

Les Capucins sont un des ordres de la famille de François d’Assise. Installés à Angers, près de la gare Saint-Laud, ils perpétuent aujourd’hui l’esprit d’humilité et de joie porté par ce grand saint.

Frère Bernard - JPEG - 80.8 ko
Frère Bernard

Quelques semaines avant Noël, comment ne pas se souvenir de ce que raconte la tradition ? Il est dit en effet qu’en l’année 1223, saint François inventa une crèche vivante pour les chrétiens de Greccio, un petit village d’Italie. La coutume s’est perpétuée jusqu’à nos jours dans toutes les églises du monde.

François était un poète, un homme intuitif plein d’imagination. Mais son idée n’était pas de faire du folklore. Il voulait imprimer dans les esprits ce qu’il ruminait quotidiennement dans ses méditations : l’humilité manifestée par un Dieu qui se fait dépendant dans les bras de ses parents.

Pour lui, la priorité était d’observer l’Évangile, de suivre le Christ qui nous aime jusque sur la croix et d’être pauvre comme celui qui accepte de naître comme tous les bébés du monde.

Avec les humbles

Les frères en prière - JPEG - 124 ko
Les frères en prière

Huit siècles plus tard, des milliers d’hommes et de femmes, à l’intérieur de l’Église, observent encore l’évangile à la manière de François. Les Capucins sont de ceux-là. Deux autres ordres d’hommes partagent la même spiritualité : les Franciscains et les Conventuels, ainsi que les Clarisses, de nombreuses congrégations franciscaines et des milliers de laïcs. La personnalité de François a imprimé un certain style à la vie de tous ceux qui veulent marcher sur ses traces. Un style de prière d’abord, assez contemplative, favorisant l’oraison et imprégnant toute la vie.

Saint Bonaventure, un des disciples de François d’Assise, disait de lui qu’il était un « homme devenu prière ». Un style de pauvreté qui consiste moins à ne rien posséder qu’à s’insérer dans les couches les plus humbles de la population.

François avait fui la bourgeoisie d’Assise pour rejoindre les pauvres paysans des campagnes environnantes. Il voulait que ses frères soient appelés « frères mineurs », c’est-à-dire faisant partie de ceux qui ne comptent pas dans la société. Un style de fraternité… si tous s’appellent « frères », c’est pour signifier cette solidarité qui est le premier témoignage à donner au monde : partager ses biens, ses soucis, ses espoirs pour s’aider ensemble à mieux vivre l’évangile.

Admirer l’œuvre du Seigneur

Cloître des Capucins à Angers - JPEG - 94.8 ko
Cloître des Capucins à Angers

La joie franciscaine que le pape François souligne dans Laudato Si’, par exemple, traduit cette paix qui vient lorsqu’on sait admirer l’œuvre du Seigneur dans la nature ou sa bonté dans l’action humaine qui nous entoure. Marqué dans sa chair par la croix du Christ et quasiment aveugle, François remercie le Seigneur pour le soleil, la terre, le pardon et la mort.

La « mission » est au cœur de la vie franciscaine. Allez chez les Musulmans, disait François, à l’époque des croisades, pour y vivre l’amitié et la paix « comme des colombes » et « s’il plaît à Dieu, annoncez l’Évangile ».

L’image de François est un appel d’une grande importance pour notre monde. Il a imaginé une existence humaine libre, écartant tout superflu et appelant à une vraie fraternité. Ce projet est sans doute utopique… c’est peut-être pour cela qu’il reste toujours passionnant et fascinant.

Qui sont les Capucins d’Angers ?

A Angers, la fraternité des Capucins a une longue histoire : plus de 400 ans, avec quelques interruptions dues aux évènements historiques. Son objectif est aujourd’hui d’accueillir les frères les plus âgés de la province de France. Frères laïcs et frères prêtres cohabitent sans distinction comme dans toutes les maisons. Beaucoup ont un passé riche « d’aventures » en Afrique, en Asie, dans les missions en France ou dans des fraternités en milieu populaire. Deux jeunes frères indiens soulignent la solidarité internationale de l’ordre.

Chercher, comme avant, comme toujours, à former un homme évangélique se manifeste par une prière commune au cœur de la ville, dans le quartier agité de la gare, par une prise en charge les uns des autres, au milieu des difficultés de santé, et par un service du diocèse à notre mesure (confessions…) Les plus jeunes accompagnent les mouvements d’action catholique ou les malades dans les hôpitaux.

Contact :
Angers - Couvent des Capucins, 62 rue Faidherbe
Tel. 02 41 87 66 25

Faites un don au diocèse d'Angers