Sainte-Jeanne DelanoueSainte-Jeanne Delanoue

Newsletter

Entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et sélectionnez la ou les listes auxquelles vous souhaitez vous abonner.!!

  • Listes de diffusion

Dimanche 19 novembre 2017

33éme Dimanche ordinaire, 1re journée mondiale des pauvres

Casser le cercle de la solitude !


« ...Mais qu’est-ce que j’ai dans ma p’tite tête ? » chanson du père A.Duval

Oui, quelles sont donc ces pensées qui me viennent au moment d’écrire ce « billet » que mes frères en Jésus-Christ,Notre-Dame de Nantilly et ceux que je croise à la messe anticipée du samedi soir, auront(sans doute) la bonté de lire ?
Et pourquoi le samedi soir ? Handicapé, ne pouvant me déplacer, il se trouve que je suis covoituré par un généreux et jeune fidèle aux offices du samedi. Il est vrai que la minorité dont je fais partie n’intéresse pas grand-monde, comme d’ailleurs les personnes âgées. Pourquoi alors ne pas mettre en place un service de covoiturage dominical pour leur permettre d’assister aux offices du dimanche ? Et même organiser un système de visites à domicile par des jeunes, épaulés par des adultes, qui ne viendraient certainement pas concurrencer les bénévoles du secours catholique ou ceux de St Vincent de Paul.Avis aux chercheurs de bonnes idées !
C’est un fait ; pouvons-nous imaginer la cruelle maladie dont sont atteints nos voisins de rue, d’immeuble vivant seuls ? Cette maladie impitoyable s’appelle SOLITUDE et pourtant le remède est connu. Son nom : bienveillance, mais surtout Charité !
Jen’ai pas à me plaindre car chaque jour un ami, un frère baptisé mais loin de l’Eglise vient passer un bon moment avec moi. Je suis certain qu’il a déjà gagné son paradis et je prie le Seigneur pour lui.
Pécheur je le suis et depuis longtemps.
Jeune homme, avant de servir à la Légion Étrangère, je fus un temps attiré par le sacerdoce et pour en avoir le cœur net, j’intégrais alors le Séminaire Saint-Sulpice.Deux années de réflexion, une lecture de la lettre du cardinal Suhard, “Rôle du chrétien dans la cité” ,’indiquent la porte de sortie.
Que m’en reste-t-il ? La joie profonde d’avoir été récupéré par l’Amour du Seigneur et d’avoir retrouvé le chemin de son Eglise. Les prières de mes parents implorant notre Mère qui est aux Cieux ont gagné contre les forces du mal. Voilà pourquoi aujourd’hui, je suis heureux malgré les épreuves de la vie, que j’accepte avec patience et confiance, et en vous demandant frères et sœurs, de prier avec moi pour mon fils toujours en soins depuis 5 ans.

Deo Gratias ! Merci Dieu !

Jean-Jacques Lepinay
Faites un don au diocèse d'Angers