Dossiers

Newsletter

Entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et sélectionnez la ou les listes auxquelles vous souhaitez vous abonner.!!

  • Listes de diffusion

Accueil du site > Dossiers > Diaconia 2013

Diaconia 2013 en Anjou

Poursuivre le chemin !

Diaconia 2013 est un appel lancé à chacun par les évêques de France, pour élargir la responsabilité du service des frères à tous les membres de l’Eglise.

Diaconia aujourd’hui sur le diocèse d’Angers ?

Diaconia 2013 dans le diocèse d’Angers, l’histoire, le vécu et les fruits
Interview du 24 décembre 2013 sur RCF avec William Galley, délégué épiscopal du service « Santé et Solidarités » du diocèse d’Angers.

Contacter l’équipe Diaconia 2013 en Anjou par courriel

Diaconia : Poursuivre le chemin


Diaconia, une démarche lancée en septembre 2011, a mobilisé beaucoup de paroisses, de groupes et de communautés. Le Rassemblement de Lourdes de mai 2013 a réuni 300 pèlerins de la diaconie de notre diocèse.

L’expérience vécue par chacun personnellement mais plus encore en Eglise, a suscité un élan fort pour continuer la route et lancer de nouvelles initiatives. La démarche Diaconia n’est plus animée par l’équipe mise en place par l’Eglise de France qui a terminée sa tâche. Elle doit maintenant s’inscrire dans la vie des communautés chrétiennes de notre diocèse en renforçant la dynamique du synode. Différents accents ont été mis en relief :

Voici ce que notre évêque nous écrivait le 2 juin 2013 :
« Personne n’est trop pauvre pour n’avoir rien à partager. La fraternité n’est pas une option, elle est une nécessité. » Je me réjouis de faire mienne cette parole écrite dans le message final rendu public à l’issue du rassemblement…
Chacun des participants a pu témoigner de sa joie d’avoir été envoyé et mesure la responsabilité qui est la sienne de transmettre ce qu’il a vécu.
L’un des grands mérites de cette démarche pour notre Église est d’avoir été invitée à changer de regard sur les plus fragiles d’entre nous, à écouter leur parole et à leur donner toute leur place dans nos communautés.
Nous avons également fait l’expérience du Christ dans notre rencontre avec eux.
Au-delà du cercle des croyants, des échanges ont eu lieu avec des personnes de bonne volonté engagées dans le même souci de la solidarité avec le prochain ; ces démarches doivent être poursuivies en priorité pour le service des plus fragiles. La coïncidence de cette démarche avec l’Année de la foi est une vraie chance pour comprendre et vivre ensemble foi et charité. Dans l’élan de ce temps de réflexion et de célébration, j’invite chacun d’entre vous, dans vos paroisses, services et mouvements à s’enrichir de ces enseignements. Quelques décisions de notre charte synodale seront ainsi reçues avec des yeux neufs pour aujourd’hui. Vos initiatives s’en trouveront dynamisées dans le temps qui s’ouvre maintenant. »

+Emmanuel Delmas, évêque d’Angers

La fiche de suivi adressée aux membres des Équipes d’Animation Paroissiale, aux groupes, mouvements et communautés qui se sont inscrits dans la démarche, aux pèlerins présents à Lourdes, vise à dessiner différents chemins possibles pour répondre à la question : « Maintenant qu’est-ce qu’on fait ? »

Beaucoup d’initiatives de fraternité existent depuis longtemps mais peut-être convient-il de les approfondir ou de les enrichir ; de nouvelles propositions peuvent naître dans la dynamique de ce que nous avons vécu. Un des accents mis en lumière par la démarche a bien été un appel à changer notre regard sur les personnes en précarité qui nous entourent, de mieux écouter leur parole pour vivre avec elles des chemins de solidarité, de partage, de prière et de célébration des sacrements.
Les orientations synodales déjà nous mettaient en route, l’occasion nous est offerte de renouveler notre élan. Avec ce souci de ne pas chercher à faire toujours plus mais plutôt faire mieux.

Bonne route diaconale à tous, personnellement et dans vos communautés ; qu’elle vous permette de vivre de vraies rencontres et de nourrir votre foi en Celui qui, à chaque instant, éclaire notre chemin de sa présence et (…) espère notre consentement quotidien.

Diaconia 2013. Et maintenant que faisons-nous ?

Voici quelques pistes pour poursuivre et enraciner le chemin tracé par Diaconia.

Proposée comme une grille de suivi, cette fiche reprend les cinq enseignements de la démarche et propose des pistes d’action. Elle peut être travaillée en équipe ou bien utilisée personnellement. Elle est conçue à votre service et vient compléter vos propres questionnements.

1-Ecouter la Parole des plus fragiles

La parole des plus fragiles a été au cœur de chaque moment de Diaconia. Elle a témoigné de l’expérience d’un Dieu qui se fait proche des petits. Comment nous mettons- nous aujourd’hui à leur écoute ? Qu’existe t-il qui permet aux plus fragiles de s’exprimer dans nos paroisses ou mouvements ? Comment pouvons-nous poursuivre cette écoute qui nous met, remet debout avec force ?

2- Avec les plus fragiles, se laisser éclairer par la Parole de Dieu (Synode principe IV)

La Parole de Dieu éclairée par la vie des plus fragiles prend un goût de fraternité, d’espérance, de combat pour la justice. Que nous faut-il poursuivre et développer pour profiter pleinement du don de la Parole ? Quelles partages de la Parole existent-t-il déjà que nous pourrions développer, ouvrir à des personnes qui maîtrisent moins l’écrit ?

3- Tisser des réseaux de proximité pour vivre la fraternité (Principe II, synode)

Nous avons expérimenté avec Diaconia la nécessité de tisser des réseaux de proximité pour permettre aux personnes de se reconstruire. Que faut-il améliorer pour faire de nos communautés des lieux de rencontre proches et fraternels ?

4 – Rendre plus accessible aux personnes fragiles la célébration des sacrements

Avec Diaconia, nos communautés ont saisi, dans son unité, la mission de service du frère avec celles de la prière et de la célébration. Que faut-il faire bouger, améliorer dans nos célébration pour qu’elles soient plus accueillantes ?

5- Soutenir les acteurs de la diaconie dans leur engagement par la formation, l’invitation à la relecture, la communication d’initiatives…

Cette démarche de deux ans a favorisé des rencontres, des échanges nécessaires au service du frère. Comment là où nous sommes poursuivre cette dynamique ?

Des pistes d’action pour aller plus loin :

  • Poursuivre l’écriture ou le recueil de récits de fraternité pendant une période (l’Avent par ex ) pour mettre en valeur ce qui se vit à l’occasion d’une fête (Noël , fête patronale) .
  • Utiliser dans des groupes les récits diocésains recueillis dans les livrets édités par le Comité diocésain, pour en faire une relecture, pour encourager la prise d e parole. S’inspirer de la démarche proposée dans le petit ouvrage « La force de la fraternité ».
  • Au niveau paroissial, porter attention à la qualité d’accueil et d’écoute des personnes en fragilité, accueil au presbytère, demande de caté, de sacrement, SAFED etc…
  • Se former à l’écoute, participer à des formations (Secours catholique, CLER,…)
  • Dans les lieux de passage, dans les églises ouvertes, ouvrir des cahiers d’intentions, des cahiers d’expression ; valoriser ces paroles de prières au sein des assemblées.
  • Oser inviter des personnes à des groupes de partage de la Parole ou constituer des petits groupes permettant à des personnes en fragilité d’écouter et de partager des Paroles de l’évangile, en lien avec le Secours Catholique ou St Vincent de Paul ou …
  • Dans des groupes, utiliser les livrets édités pour Diaconia : « Parole de Dieu, service du frère Célébrer servir, « la force de la fraternité » etc …
  • Relire et étudier les notes théologiques éditées par le Comité Diaconia
  • Prendre du temps pour relire, méditer, prier …. Des récits de fraternité des livres de Merveilles et des fragilités (livres paroissiaux , textes recueillis dans le diocèse…)
  • Mieux connaître un grand témoin local de la fraternité (Joseph Wresinski, Marie-Euphrasie Pelletier..., se mettre à leur école évangélique
  • Dans les réseaux paroissiaux, repérer les besoins de co-voiturage, visites, développer des réseaux de solidarité qui apportent des réponses.
    Entretenir des réseaux de proximité, pour réduire les écarts géographiques ou bien psychologiques.
  • Entretenir un maillage vivant avec les personnes et les diverses associations.
  • Encourager la mise en place de tables ouvertes tables de l’amitié, lieux d e rencontres de partage de partage de la parole ; de même pour la mise en œuvre de réveillons solidaires
  • Développer des liens avec des groupes d’aumônerie
  • Proposer des temps de rencontres avec les acteurs de solidarité, forums de solidarité, galettes de la fraternité, conférence -débats
  • Encourager les équipes liturgiques à développer l’accueil au début des célébrations,
  • Oser inviter des personnes en fragilité à venir participer à la messe, les accompagner si elles appréhendent d’y venir seules, aider à faire les liens pour qu’elles se sentent bien au sein de l’assemblée. Les solliciter pour participer à des actions liturgiques (lecture , service des offrandes …)
  • Veiller à ce que la communauté chrétienne soit présente lors de baptême ou sépultures de familles isolées
  • Avec le service de formation diocésain, que les équipes liturgiques travaillent le parcours « Célébrer, servir », livret Magnificat.
  • Encourager les formations à l’écoute, formations proposées par le Secours catholique, par les services diocésains.
  • Au sein des EAP, choisir un ou des veilleurs de la « fraternité » en lien avec les différents groupes de solidarité pour que le service de la fraternité ait toute sa place dans la vie paroissiale
  • Favoriser le témoignage d’initiatives, d’actions de solidarité via les écrits dans les bulletins et journaux locaux ou diocésains, Eglise d’Anjou ou la radio RCF

Plus d’informations
Service Santé Solidarités
Centre St Jean 36 rue Barra 49045 Angers Cedex
Tel. 02 41 2248 98 ou courriel

Les différentes étapes de la démarche Diaconia 2013 en Anjou

Les différentes étapes de la démarche Diaconia

D’octobre 2011 au Carême 2012 : une première étape

D’octobre 2011 au Carême 2012, le diocèse d’Angers s’engage dans une 1re étape pour repérer ce qui se vit déjà chez nous pour faire vivre et grandir cette fraternité. Cette 1re étape se terminera par un rassemblement par doyenné lors du Carême 2012.

Dans la première étape, Diaconia propose un temps de relecture de notre action pour y découvrir comment chacun de nous vit la diaconie, comment de multiples manières nous sommes déjà au service du frère et que cela n’est pas réservé à des spécialistes.

L’étape du regard : conclue par un rassemblement de doyenné

En équipe, en fraternité, nous sommes invités à regarder autour de nous pour :
- Repérer les fragilités, les situations d’injustices, de pauvretés proches ; et cela au sein de notre environnement proche (quartier, village, immeuble..)
- Repérer les merveilles : les gestes fraternels, les initiatives créatrices de liens et de solidarités
- Comment cela rejoint notre foi, participe de notre espérance, met en œuvre des décisions du synode ?

Durant le temps du Carême 2012, chaque doyenné a proposé une rencontre ouverte à tous pour croiser ensemble nos regards, les éclairer par la Parole de Dieu, faire le point sur le principe 5, « Servir les hommes », de notre synode.

Entendons l’appel pour mettre la diaconie au cœur de notre action : « Car c’est un exemple que je vous ai donné… Jn 13, 15 ».

Les propositions pour l’année 2012-2013

Les propositions pour Diaconia se déclinent autour de différents axes :
- Mettre la diaconie au cœur de la vie des communautés : la diaconie source pour la foi
- Diaconie : aller vers ceux dont l’Eglise est loin, aller à la rencontre
- Préparer le rassemblement, Lourdes 2013 : les 9 - 10 - 11 mai
- Pour les jeunes : projet « Mettre en place les défis de la fraternité »

En savoir plus sur les propositions Diaconia 2012-2013 :

Diaconia : propositions 2012-2013 - PDF - 187.5 ko
Diaconia : propositions 2012-2013
Faites un don au diocèse d'Angers