foiLe service Foi

Newsletter

Entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et sélectionnez la ou les listes auxquelles vous souhaitez vous abonner.!!

  • Listes de diffusion

Des nouvelles de Clémence Petton, en mission au Congo avec FIDESCO

Arrivée en septembre à Lubumbashi, elle est accompagnée de deux autres volontaires. Elles ont rejoint une communauté salésienne où elles se sentent vraiment intégrées. La mission de Clémence est de travailler auprès des enfants en rupture sociale et familiale : ’enfants des rues

Clémence Petton - JPEG - 17 ko
Clémence Petton

Première étape : découvrir la ville et la région de Lubumbashi

Cette ville est appelée la capitale du cuivre car elle regorge de grands gisements de minerais recherchés. Ces exploitations restent dépendantes des marchés mondiaux et de la situation économique fluctuante du pays.
Une grande partie de la population vit toujours dans une situation de grande pauvreté. Beaucoup d’enfants et de jeunes ne sont pas scolarisés par manque de moyens. Certains essayent de s’en sortir en accomplissant des petits-boulots, vendeurs, receveurs-taxi, et cireurs de chaussures. Vu la situation économique et politique, la vie est très chère et il est difficile de vivre convenablement.

L’œuvre des Salésiens auprès des enfants pauvres

"Les Salésiens ont établi un réseau de 14 centres d’accueil, internats, centres de formation professionnelle, écoles primaires.
L’objectif est de réintégrer les enfants au sein de leurs familles. Certains les ont quittées de leur plein gré en raison de la pauvreté ou pour fuir la violence à la maison. D’autres ont été chassés de chez eux, accusés de sorcellerie… Des assistants sociaux font le lien entre les enfants et leurs familles. Pendant ce travail, les enfants sont scolarisés à l’école Salésienne. L’obtention d’un diplôme leur permet de montrer à leur famille qu’ils sont capables d’étudier et d’avoir la volonté de réussir. Ils comprennent qu’ils ont de la valeur et reprennent confiance en eux. Je suis d’ailleurs impressionnée par toutes leurs capacités !

Après le travail de rétablissement des liens, un suivi est assuré pendant plusieurs mois afin de s’assurer de la solidité des liens.

Système de parrainage

Les Salésiens ont un système de parrainage : je suis chargée d’en améliorer l’organisation. Je rencontre les enfants parrainés afin de faire des fiches par enfant. J’essaie aussi de sensibiliser dans ce sens les entreprises et les paroisses afin que l’aide provienne de la population locale. Je travaille sur la rédaction d’un protocole sur la protection de l’Enfant et donne des formations sur les Droits de l’enfant et dois donc me mettre à jour sur la loi congolaise !

La maison où je vis : Bakanja-ville, est un lieu d’accueil et d’écoute qui a pour priorité la réinsertion familiale. Les enfants mangent et dorment sur place. Nous jouons ensemble cela nous fait du bien et nous ressource ! Ils sont fiers de danser avec nous dans la cour, nous tenir la porte etc. Un temps de bibliothèque permet aux petits actifs et agités, de retrouver le calme et la joie de déchiffrer les lettres.
L’après-midi, des grands jeunes de la rue viennent aussi : il est touchant de voir que le respect et l’attention que nous leur portons les rend respectueux vis-à-vis de nous.

Merci pour votre prière, n’hésitez pas à m’écrire ! »

Faites un don au diocèse d'Angers