Dossiers

Newsletter

Entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et sélectionnez la ou les listes auxquelles vous souhaitez vous abonner.!!

  • Listes de diffusion

Archives

Retrouvez ci-dessous toutes les étapes du synode, depuis la publication de la lettre de convocation de Mgr Bruguès en septembre 2005 à la clôture du synode et l’envoi de l’Église diocésaine à la Toussaint 2007.

Présentation des conclusions du synode - Diocèse d’Angers 2007 from Diocèse d’Angers on Vimeo.

Lettre de convocation du synode diocésain, 22 septembre 2005

En ce jour où notre Église d’Anjou célèbre le martyre de S. Maurice, son patron, et celui de ses compagnons, je suis heureux de convoquer le synode diocésain.

Cette décision répond aux vœux de beaucoup. Elle fait suite au souhait émis par le Conseil presbytéral en sa réunion du 8 juin dernier 2005.

Pourquoi un synode ?

La messe de ce jour donne à réentendre les conseils du Seigneur Jésus à ses apôtres : « Ne craignez pas ! Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent tuer l’âme » (Mt 10, 28). Les temps ont changé, les menaces aussi. Aujourd’hui, elles ne portent plus le nom de Dioclétien ou de Maximien, les ordonnateurs des persécutions de jadis, mais celui de Cronos, le temps qui passe en dévorant ses enfants, l’avenir incertain et redoutable.

Les interrogations montent de partout, en effet. Qu’en sera-t-il demain ?

Qu’en sera-t-il demain de l’annonce de la foi, nous demandons-nous ? Qu’en sera-t-il de la transmission et de l’éducation de cette foi ? Que deviendront nos communautés, et d’abord nos communautés paroissiales ? Comment s’établira la collaboration et la répartition des tâches entre les ministres ordonnés, prêtres et diacres permanents, et les laïcs engagés dans des responsabilités ecclésiales ? Comment se pratiquera demain la sacramentalité, je veux dire la célébration des sacrements de notre foi, en particulier l’eucharistie, le pardon et la réconciliation, le baptême et le mariage ? Quelles formes de partenariats établir entre notre Eglise et la société civile ? Comment servirons-nous la communauté humaine ? Comment bâtir une Eglise vivante et missionnaire ? Comment suivre soi-même le chemin des béatitudes et le faire découvrir ?

Les interrogations ne sont pas moins fortes ni moins angoissantes autour de nous. Aurions-nous basculé dans ce que les sociologues nomment « la société de la peur » ? Qu’en sera-t-il demain du travail offert à nos jeunes ou encore de l’originalité de notre culture dans une mondialisation irrésistible ? Qu’en sera-t-il du métissage social ? Comment les générations nouvelles auront-elles découvert le goût de la chose politique ? Quel avenir se dessinera pour notre département, ou notre continent, dans un monde en perpétuelle recomposition, en continuelle rivalité ? Comment se réalisera la solidarité entre les générations ? Celle de tout le corps social avec les plus démunis ? Que deviendra la famille ? Qu’en sera-t-il de la « culture de vie » ? Comment se poseront les grandes questions éthiques ?… Un maire me confiait récemment qu’il ne voyait pas de tâche politique plus urgente que celle de réconcilier nos concitoyens avec leur avenir.

Toutes ces questions sont légitimes. Le moment est venu de nous redire que la foi chrétienne est d’abord une espérance. Que pouvons-nous craindre, en réalité, puisque cette foi nous assure que l’avenir appartient à Dieu, et à lui seul, au Père qui a le souci de ses enfants mieux encore que de toute autre créature (Mt 10, 31), au Fils en qui nous adorons le « Maître du temps et de l’histoire », à l’Esprit de force et de sagesse qui habite parmi nous et conduit son Eglise ?
Un synode n’est rien s’il n’est pas, d’abord, une démarche spirituelle. Il est une proposition de conversion adressée à tout le diocèse.

Ainsi s’expliquent le titre et le sous-titre de notre synode : Cet avenir à aimer ; L’Espérance pour l’Eglise d’Anjou

Cet avenir à aimer ; L’Espérance pour l’Eglise d’Anjou

Il s’agit d’accueillir l’avenir que Dieu nous prépare comme une chance, comme une grâce, et de le construire ensemble. Dans cette œuvre commune, notre diocèse dispose d’atouts considérables qui constituent autant de facteurs d’espoir. Il sait qu’il peut compter sur la ferveur et la générosité de ceux qui veulent vivre du Christ. Il sait qu’il peut faire appel au dévouement de ses prêtres, de ses diacres, de ses religieux et religieuses, des nombreux laïcs qui prennent des responsabilités auprès des paroisses, des communautés, des mouvements et des associations. Notre avenir n’est donc pas à subir, mais à aimer, parce qu’il n’existe pas d’autre manière de le rendre meilleur pour tous. En somme, il s’agit de fixer dans la plus grande concertation les arêtes vives de la mission de notre Eglise pour les dix années à venir.

Qu’est-ce qu’un synode ?

Le code de droit canon consacre tout un chapitre au synode diocésain (Livre II Le Peuple de Dieu, Titre III L’Organisation interne des Eglises particulières, Chapitre I Le Synode diocésain). Nous sommes invités à nous référer aux canons 460 et suivants.

Contentons-nous de citer les deux premiers ici :

Le synode diocésain est la réunion des délégués des prêtres et des autres fidèles de l’Eglise particulière qui apportent leur concours à l’Evêque diocésain pour le bien de la communauté diocésaine tout entière, selon les canons suivants (canon 460).
Le synode diocésain sera célébré dans chaque Eglise particulière lorsque, au jugement de l’Evêque diocésain et après que celui-ci ait entendu le conseil presbytéral, les circonstances le suggèreront (canon 461 § 1).

Les acteurs du synode

Par la présente lettre, je nomme Mgr Claude Cesbron et l’abbé Jean-Paul Avrillon, secrétaires du synode.
Outre les deux secrétaires, le bureau du synode sera constitué des personnes suivantes : Mmes Béatrice Oiry et Claire Bernier ; MM. William Galley et Philippe Germon.
Le bureau du synode sera assisté d’un conseil consultatif. Sa composition, fondée sur des critères de représentativité, sera arrêtée avant le prochain Noël.

Le calendrier du synode

Une lettre pastorale sera publiée pour l’Epiphanie 2006. Elle expliquera de manière plus développée les raisons qui m’ont conduit à décider de la convocation d’un synode diocésain. Elle fixera les objectifs que j’assigne à cette importante étape de la vie de notre diocèse. Elle fournira aussi un calendrier précis de son déroulement.

Je veux indiquer cependant dès cette lettre de convocation les principales étapes de notre synode :

Septembre 2005 : publication de la lettre de convocation. Sont nommés par cette lettre deux secrétaires du synode et est constitué le bureau chargé de les assister.

Toussaint 2005 : annonce aux communautés chrétiennes.

Quatrième trimestre 2005  : phase exploratoire. L’Evêque nomme le théologien du synode et désigne le canoniste. Des experts sont consultés, ainsi que d’autres diocèses dans lesquels un synode a été célébré.

Epiphanie 2006  : publication de la lettre pastorale dans laquelle l’Evêque présente les grandes lignes de la loi électorale qui fixera les modes de représentation des prêtres et des fidèles diocésains. La lettre fournit un calendrier détaillé du déroulement synodal.

Carême 2006 : lancement de la démarche spirituelle à laquelle tous les diocésains sont invités à participer.

Entre Pâques et Noël 2006 : formation des équipes synodales et des ateliers.
De Noël 2006 à la fin février 2007  : ressaisie des travaux des équipes et des ateliers. Les cahiers synodaux sont élaborés. La loi électorale est promulguée, et l’assemblée formée.
24-25 mars 2007 : première assemblée synodale.

Pentecôte 2007  : célébration de la confirmation pour l’Eglise diocésaine. Précisons dès maintenant que recevront le sacrement ce jour-là tous les confirmands du diocèse, jeunes et adultes, et qu’il n’y aura aucune autre célébration en Anjou entre le 1er janvier et le 31 décembre 2007.

29-30 septembre 2007 : deuxième assemblée synodale.

Toussaint 2007 : célébration de clôture du synode et envoi de l’Eglise diocésaine.
« La vie des justes est dans la main de Dieu,
aucun tourment n’a de prise sur eux »
(Sg 3, 1, dans la première lecture de la messe de S. Maurice).

Donné le 22 septembre 2005
en la fête de S. Maurice et de ses compagnons

+ Jean-Louis BRUGUÈS
Evêque d’Angers



Décret de convocation du synode diocésain

Le Conseil Presbytéral ayant donné un avis positif (canon 461 § 1), je convoque un synode diocésain selon les dispositions du Code de droit canonique (canons 460 à 468 et 833, § 1). Il aura pour thème :

Cet avenir à aimer
L’Espérance pour l’Eglise d’Anjou

L’annonce en sera faite dans toutes les communautés du diocèse, à la Toussaint, le 1er novembre 2005. Ce jour-là marquera l’entrée en synode, célébrée en l’église cathédrale Saint-Maurice et dans les communautés chrétiennes du diocèse.

La célébration de clôture du synode et l’envoi de l’Eglise diocésaine est fixée au 1er novembre 2007, fête de la Toussaint.

Donné à Angers, le 22 septembre 2005,
en la fête de S. Maurice et ses compagnons martyrs,
patrons de l’Eglise diocésaine.
Joseph TRAINEAU
Chancelier
+ Jean-Louis BRUGUÈS
Evêque d’Angers
Lettre pastorale de l’évêque d’Angers,publiée à Noël 2005 pour lancer le synode diocésain : « Cet avenir à aimer - Notre Foi est une espérance »

La prière du synode

Un synode est une démarche spirituelle. Portons dans la prière ce temps fort pour notre Eglise diocésaine. Que la prière du synode accompagne chacun de nos pas jusqu’à Toussaint 2007 :

Père de toute vie,
béni sois-tu pour ton Eglise d’Anjou !
Tu l’as comblée de tes largesses
au cours des siècles passés.
Nous confions à ta grâce son présent et son avenir.
O Esprit Saint,Prière du synode {GIF}
béni sois-tu pour ton action incessante,
l’audace à laquelle tu nous appelles,
manifestée par ce synode.
Donne au peuple d’Anjou de se mettre à ton écoute
et de célébrer cette démarche destinée
au bien de tous.
Seigneur Jésus, toi l’envoyé du Très-Haut :
par ta parole et ton exemple,
Tu restes la source de notre espérance.
Toi, le Vivant, accompagne nos efforts de conversion :
Qu’ils soient toujours portés
vers la communion fraternelle.
Dieu, Père, Fils et Esprit Saint,
puisse ton Eglise d’Anjou
trouver dans l’avenir que tu lui prépares
sa joie et son unité.
O Marie, Mère de toutes les générations,
guide-nous, le moment venu,
sur les chemins de la mission.

Donnée pour Noël 2005, ✝ Jean-Louis Bruguès
évêque d’Angers

La commission « suivi du synode »

Au niveau du diocèse,une commission « suivi du synode » a été mise en place pour accueillir , soutenir et parfois impulser des initiatives nouvelles
c’est une équipe qui présente les différents visages de l’Église diocésaine, la diversité, la complémentarité sur les lieux :

PDF - 74.6 ko

Outils pour suivre l’avancement des mises en application du synode :

  • Lettre-infos N°1-télécharger
    PDF - 496.3 ko
  • Lettre-infos N°2-télécharger
    PDF - 242.4 ko
  • Lettre-infos N°3-télécharger
    PDF - 696.5 ko

Les documents promulgués à la Toussaint 2007


>> Retour au sommaire « La charte synodale de l’Église d’Anjou 2007-2017 »
>> Actualités de la charte synodale


Portfolio Charte synodale
Faites un don au diocèse d'Angers